10 sources de stress de peau, conseils et astuces par les happycuriennes
10 sources de stress cutanés à éviter pour une peau heureuse • Épisode 1
10 septembre 2016
Les Happycuriennes et leurs soins cosmétiques vegan seront présentes au salon VeggieWorld à Paris les 208 et 09 octobre 2016
Retrouvez-nous au salon VeggieWorld les 8-9 octobre 2016 à Paris !
2 octobre 2016
Montrer Tout

On vous dit tout sur la cosmétique vegan : les ingrédients interdits

La cosmetique vegan expliquee par Les Happycuriennes, marque de cosmetique bio, episode 1

La cosmétique vegan ou cosmétique végane (en français) émane du véganisme, une manière d’appréhender la vie où l’on défend la place des animaux, leur bien-être, au sein de la société, et ce dans tous les aspects du quotidien. Plébiscitée d’une part par les végétarien(ne)s, végétalien(ne)s ou les vegan, la cosmétique vegan fait également le bonheur des flexitérien(ne)s, des personnes attachées au respect de l’environnement et celles qui refusent tout simplement de s’appliquer sur la peau des produits cosmétiques à base d’ingrédients d’origine animale ou ayant été testés sur des animaux, sans que cela fasse partie de leur éthique de vie.

LE VÉGANISME, KÉSAKO ?

Le véganisme est un mode de vie qui consiste à proscrire l’exploitation et la cruauté animale ou dit de manière positive, il suppose de protéger la vie et le bien-être des animaux dans tous les aspects de la vie quotidienne.

Par conséquence, il impose de ne consommer aucune matière animale (ainsi que ses sécrétions) que ce soit pour se nourrir (recours à une alimentation végétalienne sans viande, poisson ou crustacé, ni aucun produit d’origine animale comme les œufs, le miel…), se vêtir (choix de vêtements, chaussures & accessoires exempts de fourrure, de laine, de cuir…), se divertir (les vegan militent pour la fermeture des cirques, des parcs animaliers et pour l’interdiction des corridas), ou pour tout autre but. La consommation de produits d’entretien et de beauté doit également répondre à ces mêmes critères, pas d’origine ni de cruauté animale. Les personnes sensibles à ce mode de vie sont généralement préoccupées par le respect de l’environnement, ainsi que celui de leur santé et de leur corps.

En savoir + sur le site Vegan France
Vous pouvez assi jeter un petit coup d’oeil sur l‘infographie réalisée par VeggieWorld

QUELQUES CHIFFRES SUR LE VÉGANISME

« On estime aujourd’hui à plus de 525 millions de personnes ne mangeant ni chair animale ni œuf sur Terre : 40% de végétariens et végétaliens en Inde sur la totalité de la population, de 2 à 5% aux États-Unis, en France ou en Chine, 6 à 10% au Brésil ou en Allemagne. En France, on estime à 2 millions de personnes ayant fait le choix de ne pas consommer les animaux dans leur quotidien (population de végétariens, végétaliens et véganes confondus) – Source « Être végétarien » par Alexandra de Lassus – Les guides du Chêne 2014). », extrait du site Vegan France.

LES DESSOUS DE LA COSMÉTIQUE VÉGANE

A l’Antiquité, l’utilisation des ingrédients animaux dans les produits de beauté ne choquait pas et pourtant les substances étaient peu ragoutantes : urine, sang et foie d’animaux divers, cornes et bois pilés, limaces broyées, pigeons bouillis, lézard vert frit, fientes d’oiseaux et de chauve-souris, fiel de bœuf (bile), souris calcinées*. Au début du XXe, on s’est mis à utiliser du blanc de baleine, notamment dans les rouges à lèvres, et l’ambre gris en provenance du cachalot dans les parfums.

* Source : Site FemininBio

Depuis 2 à 3 ans, la cosmétique vegan a le vent en poupe, elle s’inscrit dans le véganisme en garantissant deux aspects :

  1. Des produits cosmétiques exempts de toute matière animale ET d’origine animale : que ce soit un ingrédient naturellement issu de l’animal (ex : poils de pinceau de maquillage issus de la chèvre), de ses sécrétions (ex : la cire d’abeille) ou ayant entrainé sa mort (le carmin issu du corps ou des œufs de cochenilles écrasées),
  2. Des produits cosmétiques n’ayant pas fait l’objet de tests sur les animaux : que ce soit sur leurs ingrédients ou sur les produits finis, on parle de « cruelty free ».

QUELS SONT LES INGRÉDIENTS COSMÉTIQUES ISSUS DES ANIMAUX ?

Nous avons dressé ici une liste des ingrédients cosmétiques issus des animaux avec leurs noms INCI (grâce à plusieurs sources de médias, notamment FémininBio que l’on remercie au passage pour être une belle et précieuse mine d’info comme on les aime) afin que vous puissiez rapidement les identifier sur les listes d’ingrédients au dos de vos produits :

  • Les produits de la ruche utilisés dans les soins du visage et du corps : la cire d’abeille utilisée comme agent de consistance (INCI : cera alba), la propolis, antibactérien et cicatrisant (INCI : propolis), le miel, puissant hydratant (INCI : honey) ou la gelée royale aux propriétés purifiantes et hydratantes (INCI : royal jelly). En savoir + sur le rôle du miel dans la ruche,
  • Les laits et dérivés comme le lait d’ânesse (apaisant, « anti-âge » et tonique) et l’acide lactique (INCI : lactic acid) employé comme hydratant, exfoliant et correcteur de pH : ce dernier peut provenir de laits animaux, être d’origine végétale ou synthétique, mais aussi un produit de fermentation (du sucre par ex),
  • Le squalane** (INCI : squalane, squalene, pentahydroxysqualene, squali lecur oil) utilisé pour ses propriétés émollientes et d’hydratation : il est composé lui-même de squalène purifié, désodorisé et hydrogéné, une substance présente en grande quantité dans le foie de requin (appelé aussi squale). Dans le cas de cet ingrédient, la problématique fait beaucoup parlé d’elle car certaines espèces de requins d’eau profonde sont menacées d’extinction, en particulier l’espèce centrophorus granulosus, en raison de sa surpêche**. Le squalane peut être issu du règne végétal (olive ou canne à sucre),
  • Les poils de pinceau à maquillage (chèvre, poney, cheval, vison, écureuil, blaireau, zibeline), doit-on préférer leurs versions synthétiques ?,
  • La lanoline (INCI : lanolin, -lanolate, lanolinamide) utilisée pour ses propriétés d’hydratation, elle est issue du suint des poils de mouton (sébum qui protège la laine),
  • La glycérine (INCI : glycerin), puissant « hydratant », peut provenir de graisses naturelles animales ou végétales (colza), elle est moins chère à produire que sa version végétale mais interdite dans les cosmétiques bio. Attention, elle peut venir du soja OGM !
  • Le carmin (CI 75470), utilisé dans les produits de maquillage (rouge à lèvres, fard à joues) ou en alimentaire, il s’agit d’un pigment rouge issu du corps et des œufs de cochenilles broyées de l’espèce Dactylopius coccus, de petits insectes que l’on élève sur des cactus,
  • Le noir animal (CI 77267), ce pigment noir provient d’ossements animaux carbonisés, particulièrement utilisés dans la cosmétique égyptienne ancienne, très peu utilisé désormais,
  • La bave d’escargot (INCI : Snail Secretion Filtrate), supposée être un excellent produit « anti-âge » , en savoir +,
  • Le collagène animal (INCI : collagen, hydrolyzed collagen, connective tissue extract, sus (skin) extract, scillii pellis extract), agent filmogène (protecteur, anti-déshydratant, effet “repulpant” temporaire ou soi-disant raffermissant), il s’agit d’une protéine extraite des carcasses d’animaux d’abattoir (porcs principalement) ou des peaux de poissons lorsqu’il s’agit de « collagène marin»,
  • L’élastine (INCI : elastin, elastinate, hydrolyzed elastin), dont les propriétés sont similaires à celles du collagène, est notamment extraite des tendons du cou des bovins (en provenance d’abattoir, là aussi) ou de carcasses de poissons pour la version marine,
  • La kératine (INCI : keratin, -hydrolyzed keratin), présente naturellement dans notre peau et nos cheveux, on l’utilise notamment dans les produits capillaires pour “renforcer” le cheveu. Elle est issue de l’hydrolyse de plumes de volailles d’élevage ou de rebuts de laine de mouton, ou de la peau des animaux, pour la version marine. On peut la substituer par son équivalent végétal appelé « phytokératine » ou « kératine végétale » (complexe de protéines extrait du blé),
  • La guanine (INCI : CI 75170), utilisée pour apporter le fameux côté nacré du maquillage, elle est issue des écailles de poisson traitées chimiquement,
  • Les graisses de bœuf et de porc (INCI boeuf : adeps bovis, tallow / INCI porc : adeps suillis, lard), largement utilisées dans les savons, elles sont désormais remplacées par des huiles ou beurres végétaux. Par contre, on les retrouves dans les cosmétiques sous forme de dérivés transformés, plus ou moins détectables : INCI : tallow, -tallowate- dirallowate, tallowamide, lard, -lardate,
  • Le chitosan (INCI : chitosan), cet agent épaississant et filmogène utilisé notamment dans les produits capillaires, provient des carapaces de crustacés,
  • L’allantoïne (INCI : allantoin), cette substance est employée pour ses propriétés hydratante et protectrice. Elle peut être d’origine végétale, synthétique, ou animale. Dans ce dernier cas, elle est issue du mucus de gastéropodes de type bave d’escargot,
  • Les huiles et extraits de poisson, sources d’AGI (acides gras insaturés), ces huiles sont souvent camouflées sous des appellations non reconnaissables, certains extraits le sont : fish oil, fish glycerides, piscum lecur oil (huile de foie de poissons), gadi iecur oil et morrhuate (huile de foie de morue), brevoortia oil (huile de menhaden), hoplosthetus (huile de poisson empereur), thunnus extract (extrait de thon), pisces extract, piscum (extraits de les poissons « en vrac »),
  • Les parfums d’origine animale, on connaît notamment ces 4 mais ils n’apparaissent pas dans l’INCI: musc, civette, castoréum, ambre gris. Ils ne sont pas interdits, contrairement aux idées reçues. Le musc provient des glandes abdominales du chevrotain porte-musc d’Asie centrale (affinage dans l’alcool) désormais protégé car considéré comme menacé d’extinction. La civette est sécrétée par l’animal du même nom, un mammifère carnivore d’origine africaine (curetage). Le castoreum est une sécrétion glandulaire du castor (En résinoïde ou en absolue). L’ambre gris provient des concrétions pathologiques formées dans l’intestin de certaines espèces de cachalot. On suppose que l’ambre gris est le résultat d’un état morbide de ses organes. On le trouve flottant sur la mer (Macération à froid dans de l’alcool pur),
  • La chondroïtine (INCI : chondroitin), cet ingrédient des soins capillaires (agent fixateur, antistatique). Elle peut être extraite de cartilages de poissons, ou d’origine synthétique,
  • L’encre de seiche (INCI : sepia extract ), ce pigment permet de colorer la peau et de la protéger.

Si la plupart de ces ingrédients ne menacent pas la survie d’espèces en danger (comme ce fut jadis le cas du cachalot, du chevrotin ou de la tortue marine), Il n’en est pas ainsi pour le squalane issue du foie de requins. On vous en touche deux mots.

** Deux études effectuées par l’ONG Bloom, intitulées « Le prix hideux de la beauté » (en 2012) : une enquête sur le marché de l’huile de foie de requins profonds (toutes industries confondues) puis « La belle et la bête » (mars 2015) dédiée à celle des cosmétiques, ont suscité quelques remous dans l’industrie française de la beauté. On y dévoile que près de trois millions de requins profonds sont tués chaque année pour répondre spécifiquement à la demande internationale en squalane. Pour certains d’entre eux, c’est près de 95% de la population qui a été décimée, explique Claire Nouvian, directrice de l’association BLOOM. En supprimant ces grands prédateurs, c’est toute la chaîne alimentaire marine que l’on déséquilibre. »

QUAND LES BLOGUEUSES PARLENT DE LA COSMÉTIQUE VEGAN 

Retrouvez les articles de plusieurs blogueuses engagées sur la cosmétique végane :

ET CHEZ LES HAPPYCURIENNES ?

Nous avons opté pour une slow cosmétique ® bio et vegan pour 2 raisons simples :

  • Nos Happycuriennes co-créatrices ont exprimé en amont du développement de nos produits, leur souhait de voir naitre des produits cosmétiques bio sans origine animale et non testés sur animaux,
  • Petit mot de la fondatrice : « C’était également une volonté de ma part, en tant qu’entrepreneuse responsable ; j’estime que la nature regorge de suffisamment d’espèces végétales aux multiples bienfaits connus depuis la nuit des temps (ne nécessitant pas d’effectuer des tests sur animaux pour les prouver) sans avoir besoin d’aller « embêter les animaux ». Mon ancien emploi au sein de la fondation GoodPlanet de Yann Arthus-Bertrand m’a particulièrement sensibilisé au végétarisme. »

Aujourd’hui, il existe de plus en plus de « substituts végétaux » aux ingrédients d’origine animale, ces derniers ne sont donc vraiment pas indispensables, à chacun(e) d’appréhender la cosmétique selon sa vision des choses…

Nous espérons que cet article vous a éclairé sur une des facettes de la cosmétique végane. Dans l’épisode 2, nous aborderons la problématique des tests sur animaux.

Sur ce, nous vous souhaitons une belle journée.
Prenez bien soi de vous et de vos proches !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Carole Marchais
Carole Marchais
Chimiste, Cosmétologue, Fondatrice du Blog Génération Cosméthique

5 Comments

  1. Angélique dit :

    Super article, hyper complet !
    Et merci pour le lien vers G&C 🙂

  2. […] semaine dernière, nous vous avons parlé d’une des facettes de la cosmétique végane (retrouvez l’épisode 1), à savoir l’absence d’ingrédients d’origine animale. Aujourd’hui, […]

  3. […] : extraits végétaux, minéraux, marins ou animaux, mais on ne vous parlera pas souvent de cette catégorie animale car nous refusons d’avoir recours à ce type d’ingrédients dans nos produits […]

  4. […] les deux précédents épisodes sur la cosmétique vegan, nous vous avons parlé de l’absence d’ingrédients d’origine animale et des tests sur animaux. Aujourd’hui, nous allons passer en revue les différents labels et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :