La cosmétique non testée sur animaux est très récente. Pourquoi n’existe-t-elle pas depuis ses débuts et comment en sommes-nous arrivés là ? Depuis l’existence d’une législation européenne en cosmétique, un produit cosmétique doit subir des tests pour valider son innocuité avant sa sortie sur le marché. Il s’agit de vérifier qu’il n’aura aucun impact négatif sur la santé humaine. Ainsi depuis très nombreuses années, les cosmétiques étaient testés sur les animaux jusqu’à la montée du véganisme qui a permis d’y mettre fin.

Cosmétique non testée sur animaux, l’origine

Anita Roddick, entrepreneure engagée et fondatrice de The Body Shop, est la première femme a avoir lutté contre les tests sur animaux dans l’industrie cosmétique. On la remercie du fond du cœur pour ce combat précurseur initié bien avant la vague du véganisme. Anita Roddick est un modèle pour la fondatrice des Happycuriennes qui lui avait consacré une bonne partie de sa thèse sur les enjeux de développement durable de l’industrie cosmétique.

Tout d’abord, il y a eu les préoccupations environnementales avec les dommages collatéraux liés aux élevages des animaux (pollutions des sols, fortes émissions de CO2 et de méthane…). Puis, la diffusion de vidéos dérobées dans des abattoirs ont entraîné une recrudescence de la philosophie vegan.

Le bien-être animal, de près ou de loin, est alors devenu la priorité de beaucoup de personnes ainsi que celle d’associations dédiées comme :

L214

Association Végétarienne de France

Vegan Impact

269 Life France – Association végane pour le respect des intérêts …

The International Vegan Association

La problématique des cosmétiques testés sur animaux est alors revenue en force sur le devant de la table avec une pression de plus en plus forte notamment en Europe.

Cosmétique non testée sur animaux, la genèse

Depuis 2004, les fabricants de cosmétiques ont l’interdiction de pratiquer des tests sur animaux sur les produits finis en Europe mais pas sur les ingrédients qui les contiennent. Toutefois, à cette date, toutes les méthodes alternatives de tests n’étant pas encore au point, ils étaient encore autorisés. La cosmétique non testée sur animaux est toujours un leurre.

Puis à partir du 11 mars 2009, les tests sur les ingrédients ET sur les produits finis dans les cosmétiques étaient interdits. Exception faite sauf pour les tests mesurant les effets de la toxicité à long terme qui devaient être progressivement remplacés par d’autres méthodes alternatives. La cosmétique non testée sur animaux est toujours en vigueur.

Les Happycuriennes n’existait pas encore mais Carole, la fondatrice suivait de près tout cela sur son blog Génération Cosméthique.

Le 11 Mars 2013, on s’apprête à crier victoire, l‘Union Européenne annonce l’interdiction de la mise sur le marché de tout nouveau produit cosmétique testé sur des animaux après cette date. On crie victoire. Mais, il y encore un « mais » !

Aujourd’hui, il existe ENCORE des dérogations accordées aux entreprises pour :

• les ingrédients cosmétiques chimiques qui sont fabriqués à plus d’une tonne par an en Europe dans le cadre du règlement REACH. Ce règlement de l’Union européenne adopté pour mieux protéger la santé humaine et l’environnement contre les risques liés aux substances chimiques.

• les ingrédients pour lesquels il n’existe toujours pas de méthode alternative de tests.,

• certains ingrédients utilisés en cosmétique de type conservateurs et parfums notamment, et qui sont utilisés dans d’autres domaines comme la pharmaceutique, l’agrochimie et le bâtiment, où ces tests animaux ne sont pas interdits…

Depuis le 21 septembre 2016, les tests sur animaux sont interdits pour les produits cosmétiques vendus en Europe. La cosmétique non testée sur animaux est enfin reconnue. Sauf pour les grands groupes, on dira. Et tout cas, bel et bien là pour les petites entreprises comme Les Happycuriennes.

Cosmétique non testée sur animaux et cosmetique vegan, la différence

La cosmétique vegan émane du véganisme, une philosophie de vie qui prône le bien-être et le respect de l’animal au sein de la société. Il proscrit certaines pratiques comme la corrida, les zoos et les parcs aquatiques, mais aussi tous les produits de consommation issus des animaux.

La cosmétique non testée sur animaux n’est qu’une partie de la cosmétique vegan. Elle implique :

Et dans certains cas, l’absence de produits sur les marchés hors Europe, qui obligent encore cette pratique de tests.

Plébiscitée par les végétarien(ne)s, végétalien(ne)s ou les vegan, la cosmétique vegan fait également le bonheur des flexitérien(ne)s, des personnes attachées au respect de l’environnement et celles qui refusent tout simplement de s’appliquer sur la peau des produits cosmétiques à base d’ingrédients d’origine animale ou ayant été testés sur des animaux.

Cosmétique non testée sur animaux, conseils pour la reconnaître

La cosmétique non testée sur animaux et sans origine animale est désormais labellisée, voici un article des Happycuriennes sur ce sujet.

En l’absence, on vous recommande de fuir les cosmétiques conventionnels et de privilégier des cosmétiques bio certifiés qui affiche 100% d’origine naturelle et un % important d’ingrédients bio.

Cosmétique non testée sur animaux, Les Happycuriennes

Cosmétique non testée sur animaux et Les Happycuriennes

Les Happycuriennes est la 1ère marque française collaborative de cosmétique bio vegan. Elle a été fondée en co-création par Carole Marchais, experte en cosmétologie qui a travaillé pendant 12 ans dans l’univers de la beauté et 4 années dans le domaine de l’environnement et du développement durable, et plus de 700 femmes : une 1ère mondiale !

Carole a animé pendant plus de 5 ans un blog axé sur la cosmétique bio et beauté naturelle qui proposait une autre vision de la beauté : plus naturelle, plus authentique et plus positive. Elle a également écrit un livre blanc sur la cosmétique responsable où elle a dessinait les contours de la marque idéale, à la fois respectueuse des femmes, de leur peau, et de l’environnement au sens global. Tous ces écrits lui ont donné envie d’aller plus loin. Passionnée par les sujets du bonheur et de l’épicurisme, c’est tout naturellement qu’elle a inventé le concept de l’Happycurisme et du slow bonheur.

Les Happycuriennes propose de vivre au rythme du slow bonheur avec un rituel de beauté minimaliste et complice avec la peau. Elle célèbre le vrai made in France avec des plantes natives des terroirs du Sud-Ouest et prône une beauté positive, éloignée des diktats de la beauté parfaite. Du bonheur à fleur de peau.

Je veux découvrir la cosmétique non testée sur animaux des Happycuriennes !