Le chanvre biologique dans notre soin L Audacieuse pour peau fatiguee stressee, teint terne - Les Happycuriennes
A la découverte de nos ingrédients • Épisode 3
18 septembre 2015
Slow tips pour prendre soin de sa peau et de soi en automne
28 septembre 2015
Montrer Tout

Une cosmétique bio sans huile de palme & squalane d’origine animale

Nos soins cosmetiques sont sans huile de palme et se derives - Les Happycuriennes

Après vous avoir raconté ce que nos formules contenaient, on vous propose d’évoquer les ingrédients pas glop que l’on a écartés. Dès le début du projet Les Happycuriennes, nous avons décidé de développer des formules sans huile de palme et sans squalane. Pourquoi ? Parce que nous souhaitons être une marque responsable et préserver au maximum les deux poumons de notre belle Planète : nos forêts et nos océans. Entre mes valeurs personnelles, mon blog personnel Génération Cosméthique et mes deux années passées au sein de la Fondation GoodPlanet, je ne pouvais l’envisager autrement. Il est vrai que la formulation sans huile de palme et ses dérivés est un vrai casse-tête chinois (enfin indonésien ou malaisien pour le coup) mais quand on veut, on peut, la preuve…

Nos soins cosmétiques bio ne contiennent pas d’huile de palme ni ses dérivés

Car nous ne souhaitons pas participer à la déforestation

Aujourd’hui, la majorité des ingrédients cosmétiques sont issus de l’huile de palme en raison de sa bonne stabilité, son rendement et son faible coût. Surfactant, émulsionnant, humectant, émollient, dérivé de vitamine…sont la plupart du temps confectionnés à partir des acides gras de l’huile de palme. Cette présence n’apparait pas dans le nom INCI des ingrédients (sauf palm oil) mais quand on s’y penche de plus près, on se retrouve nez à nez avec Mme Palme ! Par exemple, la glycérine que l’on retrouve pratiquement dans tous les produits cosmétiques en est une très belle illustration : il s’agit d’un agent humectant, assimilé à un agent hydratant, très souvent fabriqué à partir d’huile de palme.

Fruit du palmier à huile dont on extrait l'huile de palme

Fruit du palmier à huile

Or la culture de l’huile de palme participe à une importante déforestation en Asie du Sud-Est, notamment en Indonésie et en Malaisie. Les Happycuriennes préfèrent s’en passer que de participer à cette atteinte à la biodiversité mais aussi à l’Homme. En effet, ses  impacts sont multiples : émissions CO2 et pollution des sols ; extinction des espèces comme les orangs-outans, parmi d’autres espèces ; délogement des populations autochtones ou encore exploitation des ouvriersEt même pour la santé, elle n’apporte rien de bon avec sa trop grande richesse en acides gras saturés (maladies cardiovasculaires). Bref, pas joli joli ce bilan !

Dans le cadre de notre démarche d’éco-socio-conception, nous avons ainsi préféré chercher des solutions alternatives, aussi contraignantes soient-elles, permettant ainsi de développer une ligne de soins innovante, en terme de compositions et de textures. Nous avons eu la chance de trouver et de travailler avec un excellent laboratoire de développement, expert de cette problématique, qui a su déjouer toutes les traces de palme.

En savoir + sur les problématiques liées à l’huile de palme

Nos soins sont dépourvus de squalane d'origine animale

Nous ne voulons pas d’huile de foie de requin dans nos soins cosmétiques

Car nous ne souhaitons pas participer à l’extinction de cette espèce animale

Autre substance couramment utilisée dans l’industrie de la beauté, le squalane est un ingrédient hydratant qui, la plupart du temps, est d’origine animale (huile de foie de requin) et plus rarement d’origine végétale (olive ou canne à sucre).

« Soit les marques achètent du squalane animal, moins cher que le squalane végétal, pour réaliser une marge plus importante, soit elles sont trompées par leurs fournisseurs qui leur vendent du squalane mélangé en le faisant passer pour du squalane végétal pur », explique l’auteure d’une étude sur le squalane pour l’Association Bloom. « On estime à trois millions le nombre de requins profonds tués chaque année pour répondre spécifiquement à la demande internationale en squalane. Pour certains d’entre eux c’est près de 95% de la population qui a été décimée, explique Claire Nouvian, directrice de l’association BLOOM. En supprimant ces grands prédateurs, c’est toute la chaîne alimentaire marine que l’on déséquilibre. »

Nos produits sont véganes, c’est à dire exempts de substances d’origine animale et testées sur animaux donc nous sommes plutôt très contentes de ne pas participer à cela !

En savoir + sur la problématique du squalane

Sur le fond, tout ceci n’est pas très glop mais la bonne nouvelle, c’est que sur la forme, nous pouvons tou(te)s agir, chacun(e) à notre niveau ! Et à chacun(e) ses choix. Ne plus consommer de produits contenant de l’huile de palme ou privilégier une origine, RSPO, censée être plus responsable (insuffisante pour nous et pour d’Autres). Bouder le mot « squalane » dans les listes INCI des produits ou se renseigner sur son origine auprès des marques…Ou mieux encore, choisir ses soins made by Les Happycuriennes ! 😉 Chacun(e) son choix. Nous, on s’émerveille chaque jour devant la beauté du monde et de la vie, alors on souhaite la respecter dès que possible. C’est notre choix.

Très belle journée à tou(te)s.
Prenez bien soin de vous et des Autres…

Les Happycuriennes

Enregistrer

Enregistrer

Les dernières info ★ En coulisse ★

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Carole Marchais
Carole Marchais
Chimiste, Cosmétologue, Fondatrice du Blog Génération Cosméthique

2 Comments

  1. […] Chez Les Happycuriennes, nous avons préféré nous casser la tête pour trouver des ingrédients qui permettent de confectionner nos produits cosmétiques à froid, c’est à dire sans l’intervention de chauffage pendant leur préparation. Et pourquoi un tel slow process ? Parce que nous aimons relever les défis et que nous avions envie de vous proposer des soins respectueux de la peau et vraiment efficaces ! 😉 L’objectif est surtout de ne pas introduire de stress dans nos formules pour ne pas dénaturer les propriétés actives de nos ingrédients. Tout simplement. A cela, nous avons ajouté une contrainte de taille, ne PAS avoir recours à un quelconque ingrédient issu de l’huile de palme, inutile de vous dire que ça n’a pas été de la tarte car elle est planquée dans une multitude de matières premières, et c’est peu dire ! Nous vous avons fait un article sur le sujet d’ailleurs, découvrez le par ici. […]

  2. […] les viandes, les viennoiseries, les plats transformés et industriels, qui sont en plus plein d’huile de palme ou d’huiles […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :