Portrait Olivier Bouleau - Coach en developpement personnel et adepte audace
Rencontrez Olivier, diffuseur d’Audace et d’Optimisme
17 juillet 2015
Cecile, professeur yoga et therapeuthe ayurvedique, Toulouse
Rencontrez Cécile, Professeure de Yoga et Thérapeute Ayurvédique
9 août 2015
Montrer Tout

A la découverte de l’écosystème de la peau #1

La structure et l ecosysteme de la peau

Protectrice et bienveillante, la peau est notre plus fidèle amie car sans elle, nous ne pourrions, tout simplement, pas vivre ! Parfois lunatique et rebelle, cette amie qui nous veut du bien, est très douée pour nous faire comprendre qu’elle est malheureuse. Et nous dans tout ça, ne devrait-on pas également jouer le rôle d’une bonne amie, en la protégeant généreusement en retour, pour qu’elle soit bienheureuse ?

La peau est un organe vivant, complexe et fragile. Sensible à toutes les agressions du quotidien (externes ou internes), elle exprime ses états d’âme par ces petits désagréments que l’on connaît toutes (tiraillements, rougeurs, sècheresse, brillance, teint terne…). Grrr. Pour mieux les ressentir et les comprendre, nous vous proposons aujourd’hui de partir à la découverte de l’écosystème de notre meilleure amie, la peau. Objectif : mieux appréhender ses besoins primaires et lui offrir ce dont elle a besoin pour être heureuse.

La peau est constituée de 70% d’eau

Répartie dans ses différentes couches, l’eau confère à la peau sa souplesse. Elle est composée de 3 couches superposées les unes au dessus des autres :

> L’épiderme, notre barrière protectrice pour une peau résiliente et en bonne santé,
> Le derme, notre matelas anti-choc pour une peau souple et élastique,
> L’hypoderme, notre réserve énergétique et graisseuse pour une peau bien portante.

Dans cet article, nous allons voyager au coeur de l’écosystème de l’épiderme et nous profiterons de chaque explication pour vous donner quelques astuces destinées à bien prendre soin de votre peau, en connaissance de cause. Voici pour commencer une représentation schématique de l’épiderme :

Epiderme et les couches de la peau

L’épiderme, notre barrière protectrice pour une peau résiliente et en bonne santé

L’épiderme est une barrière physique qui nous protège de l’extérieur, notamment des risques d’infection (bactéries, toxines) et de la perte de nos fluides corporels (dont l’eau). Il est imperméable et hydrophobe (du moins sa couche la plus superficielle) : c’est pour cela que notre peau ne se met pas à gonfler lorsque nous dansons sous la pluie ou quand nous chantons sous la douche, vous imaginez un peu dans le cas contraire..? Et donc l’eau apportée par voie externe, en tant que telle, n’hydrate pas !

L’épiderme est constitué de nombreuses cellules, les kératinocytes, riches en kératine (une protéine composée d’acides aminés) très résistante aux agressions chimiques. Il est lui-même composé de 5 couches de kératinocytes où elles ont différents degrés de maturité : plus on monte vers la surface de l’épiderme, plus les cellules mûrissent pour arriver en fin de vie et desquamer à la surface de la peau (apparition des fameuses peaux mortes). Allez, c’est parti, on vous emmène visiter les différentes couches de l’épiderme.

 

Peau - Melanocyte dans la couche cornée de l epiderme

#1. La couche basale, siège de la régénération cellulaire

La couche basale (ou germinative), placée à la base de l’épiderme, est composée de cellules qui sont les seules à pouvoir se multiplier et à régénérer l’épiderme. La nature étant très bien faite, dès que la peau est carencée en surface (phénomène de desquamation plus ou moins importante), la production de ces cellules basales s’accélère pour combler ses manques. Une fois régénérée, ces cellules remontent vers la surface de l’épiderme pour une peau toute neuve et lumineuse. Cette couche contient aussi des mélanocytes, les cellules responsables de la coloration de la peau et du bronzage, comme des galets noirs dispersés ça et là sur une plage de sable doré. Les mélanocytes fabriquent la mélanine qui remonte vers la surface de l’épiderme et dont le rôle est de le protéger contre les rayonnements UV du soleil (et donc des coups de soleil et des cancers de la peau).

IDÉE REÇUE BRONZAGE & EXFOLIATION ★ Et oui, l’idée reçue selon laquelle un gommage ou le nettoyage de la peau « fait partir le bronzage » en période estivale est fausse : on le perd du fait du processus naturel de renouvèlement de la peau, tous les 28 jours. Au contraire, ça nous débarrasse des peaux mortes de la couche cornée et sublime notre teint hâlé. Par contre, il est préférable de faire un gommage doux pour ne pas décaper la peau et se débarrasser des couches du dessous qui sont encore hâlées. Vous pouvez donc continuer à vous laver et à exfolier votre peau sereinement, mais en douceur 😉

#2. La couche épineuse, lieu de la fabrication de la kératine

Placée au dessus de la couche basale, la couche épineuse (non non, elle ne pique pas) contient des cellules qui s’imbriquent les unes dans les autres : cette disposition est responsable de l’étanchéité de la peau. C’est ici que la fabrication de kératine commence et confère à la peau sa résistance. Cette couche contient également ce que l’on appelle les cellules de Langerhans qui interviennent dans le processus de défense immunitaire de notre peau : des Super Women qui détectent les agents malveillants et les présentent à ses consœurs, les lymphocytes, qui se chargent de leur sort.

#3. La couche granuleuse, zone de kératinisation

La couche granuleuse succède à la couche épineuse, elle est remplie de kératinocytes qui fabriquent notre ciment lipidique intercellulaire : c’est notre précieux allier car il renforce l’étanchéité et la résistance de notre peau (il sera déversé dans la couche suivante). Les kératinocytes sont très actifs dans cette couche car ils produisent également le NMF, le quoi ? Le Natural Moiturizing Factor qui maintient l’hydratation de la peau en retenant les molécules d’eau (en provenance du derme, arrivé jusque là grâce à notre apport quotidien en eau).

SLOW TIPS

C’est pour cela qu’il faut boire suffisamment d’eau (on a bien dit de l’eau, hein!) : c’est notre meilleur hydratant naturel !! Reco : 1,5 L / jour, voire plus en été. Écoutez votre sensation de soif (oui toujours d’eau!).

Peaux mortes de la couche cornee dans l epiderme

#4. La couche cornée, barrière de protection et siège de la desquamation

La couche cornée est celle dont on nous parle le plus souvent, c’est la plus superficielle et c’est à ce niveau qu’elle subit le plus de sources de stress cutanés (agressions extérieures). Les produits cosmétiques sont d’ailleurs sensés agir uniquement au niveau de cette couche, selon la définition officielle règlementaire d’un produit cosmétique.

A sa surface, surnage un liquide appelé le film hydrolipidique dont le rôle est très important, nous allons le voir plus bas. Cette couche est constituée de cornéocytes liés par le ciment lipidique et le NMF qui tous deux protègent la peau, en préservant sa cohésion, sa résistance et son hydratation pour une peau heureuse de vivre, lisse et souple !

SLOW TIPS

C’est pour cette raison qu’il est important de bien hydrater sa peau et de la « nourrir » avec des lipides qui vont combler les défaillances du ciment intercellulaire. Privilégiez donc les soins (matin et/ou soir) et les masques riches en agents hydratants (de type glycérine, aloe vera) et huiles vierges bio de première pression à froid, car elles contiennent ces fameux lipides (dont les omégas 3 et 6) en quantité généreuse (ceci vaut aussi bien pour votre alimentation). Elles jouent également un rôle précieux dans l’hydratation.

Les cornéocytes sont des cellules sans vie, telles des feuilles mortes, qui s’accumulent à la surface de la peau et nous donnent cette impression de teint gris et terne.

SLOW TIPS

C’est ainsi qu’il est recommandé de faire des gommages pour éliminer les cellules mortes et se débarrasser de ce teint brouillé : 1 fois par semaine, mais cela dépend du type et l’état de votre peau ainsi que de la force du gommage. Privilégiez des gommages doux (taille et structure des billes/grains . le sucre par exemple peut être un peu grossier) et évitez les billes exfoliantes « en plastique » polluantes pour nos océans.

Comme nous l’avons vu précédemment, la peau est résiliente et plus on élimine nos cellules mortes, plus elle se met à en synthétiser de nouvelles toutes fraîches, toutes neuves pour avoir un teint frais et lumineux. Elle est pas belle la vie ?

SLOW TIPS

Lorsque l’on a une belle peau de type « normale », il est important de ne pas faire trop de gommage, 1 fois/15 jours (ou par mois) peut être tout à fait suffisant (écoutez et ressentez votre peau). En effet, quand on sur-sollicite sa peau et la stimule sans arrêt avec des produits, ces derniers se substituent à ses mécanismes naturels : elle a ainsi tendance à devenir dépendante (normal, vous êtes son amie) et à ne plus se débrouiller tout seule, elle devient en quelque sorte fainéante ! C’est un peu comme l’usage répété de la calculatrice qui nous rend aujourd’hui presque incapable de faire une multiplication de tête 😉

Film hydrolipidique a la surface de la peau

 

Le film hydrolipidique, notre chevalier protecteur

A la surface de la couche cornée, se trouve le film hydrolipidique, un élément très important qui nous protège des agressions extérieures dont les bactéries. C’est un peu comme l’océan à la surface de la planète, sans lequel il n’y aurait point de vie sur Terre. Il nous protège notamment en captant nos émissions CO2.

Mélange de sueur et de sébum (substance responsable des peaux grasses quand elle est produite en excès), le film hydrolipidique étanchéifie la peau et limite sa PIE (Perte Insensible en Eau), autrement dit, il limite sa déshydratation. Il a également un rôle anti-microbien.

SLOW TIPS

Privilégiez les produits riches en huiles vierges biologiques (toujours de première pression à froid car la top qualité est au rendez-vous) qui ont cette particularité d’être à la fois « hydratantes » – en fait, elles limitent la déshydratation en participant au film hydrolipidique -, et « nourrissantes » en renforçant le ciment lipidique. On parle de propriétés nourrissantes car elles ont les mêmes apports « nutritionnels » qu’en alimentaire.

Si votre peau est sèche ou fragile, il est important de ne pas la décaper avec des produits moussants trop agressifs (à base de sulfates) et des gommages abrasifs car cela revient à abimer son film hydrolipidique et à favoriser la déshydratation de votre peau. Cela rend votre meilleure amie plus vulnérable aux différentes agressions externes, elle devient d’autant plus sensible. Protégez-là !

★ ★ ★

Nous espérons que ces quelques conseils seront profitables à votre meilleure amie, la peau. N’oubliez pas d’être sympa avec elle, votre alimentation et votre hygiène de vie font le plus gros du travail et contribuent à la rendre joyeuse !

Retrouvez nos soins cosmétiques bio et véganes qui vous accompagneront pour prendre soin de votre jolie peau. Comme nous sommes en période estivale, chouchoutez bien votre amie, elle nécessite encore plus d’attention à cause du soleil qui l’assèche, l’oxyde et la fragilise. Vous pouvez d’ailleurs retrouver notre article sur le sujet.

On vous souhaite de passer un très bel été !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Carole Marchais
Carole Marchais

Chimiste, Cosmétologue, Fondatrice du Blog Génération Cosméthique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :