Le squalane, une huile qui peut être d'origine animale, issue du foie de requin, ou d'origine végétale, obtenue à partir de l'huile d'olive
Le squalane, une huile aux nombreux bienfaits qui fait polémique !
1 septembre 2017
Portrait de Carole, professeure de yoga et adepte de l'happycurisme
Rencontrez Carole, professeure de yoga et adepte de l’Happycurisme
6 septembre 2017
Montrer Tout

Les ingrédients à éviter • Épisode 17 • Les sels d’aluminium

Les sels d'aluminium sont des perturbateurs endocriniens à éviter dans les produits cosmetiques

Suite à l’épisode 16 de notre série « Les ingrédients cosmétiques à éviter » qui portait sur les ammoniums quaternaires, on vous propose au menu du jour les sels d’aluminium qui ont longtemps fait polémique pour leur caractère dangereux pour la santé. Incriminés d’être des perturbateurs endocriniens, on vous en parle.

LES SELS D’ALUMINIUM

• Comment les repérer sur les emballages ?

On les retrouve sous la dénomination INCI suivante : Aluminum chlorohydrate, Aluminium Sesquichlorohydrate, Aluminum zirconium pentachlorohydrate

• Où trouve-t-on les sels d’aluminium et ils servent à quoi ?

Les sels d’aluminium sont présents dans les anti-transpirants (ou antiperspirants) et non dans les déodorants (qui ne fonctionnement pas de la même manière*). Ils sont utilisés pour leurs propriétés anti-transpirantes : ils se dissolvent dans la sueur (ou l’humidité) présente à la surface de la peau et forment une sorte de gel qui fait office de bouchon au niveau de la glande sudoripare qui obstrue les pores de la peau, la sécrétion de sueur est ainsi bloquée. Il s’agit donc d’un processus anti-naturel, la sécrétion de sueur est nécessaire pour réguler la température du corps !

Par ailleurs, il semblerait que les particules de sels d’aluminium pénètrent dans la peau (surtout les peaux récemment agressées par une épilation ou irritées) et notamment à travers les follicules pileux. Bien que leur absorption soit très lente, l’exposition quotidienne à ces substances pose un problème de santé comme nous allons le voir.

* Alors que le principe des déodorants reposent sur l’utilisation d’agents antiseptiques qui limitent la prolifération des micro-organismes cutanés, et des actifs bactéricides qui vont « éliminer » les bactéries responsables de la mauvaise odeur, ou des parfums susceptibles de la masquer.

• Pourquoi faut-il les éviter ?

Les sels d’aluminium ont fait couler beaucoup d’encre ces dernières années suite à des études qui ont mis en évidence les effets neurotoxiques et irritants de l’aluminium. Celui que l’on retrouve le plus fréquemment dans les produits cosmétiques comme anti-transpirant, c’estle chlorure d’aluminium (AlCl³), le sel le plus efficace et le plus irritant !

D’après les experts du sujet, la toxicité serait surtout une question d’alliage (combinaison des éléments chimiques entre eux) et de taille de particules (pénétration), comme pour les nanoparticules dans les produits solaires.

L’aluminium serait considéré comme un perturbateur endocrinien, responsable de l’apparition de la maladie d’Alzheimer et du cancer du sein. C’est également un élément susceptible d‘entraîner la dégénérescence de certaines zones du cerveau telle que l’hippocampe. Selon un rapport de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSPS) publié en 2011, les études menées jusqu’à présent ne sont pas concluantes : « les données existantes ne permettent pas d’établir un faisceau d’arguments en faveur d’un lien de causalité entre aluminium et cancer du sein », mais elles « ne permettent pas de l’exclure définitivement » d’où l’application du principe de précaution que nous préconisons chez Les Happycuriennes.

 Malgré tout, l’AFSSPS recommande que l’industrie cosmétique ne dépasse pas une concentration de 0,6 % en sels d’aluminium dans les produits et qu’il soit indiqué sur les étiquettes de produits anti-transpirants qu’il est déconseillé de les utiliser après s’être rasé ou sur une peau irritée (coupures, maladies de peau, …). Quand l’AFSSPS commence à limiter les concentrations, c’est qu’il y a un gros risque/doute et que l’interdiction pourrait bel et bien voir le jour…

Le sel double d’aluminium et de zirconium est, contrairement aux autres sels, réglementé. Du fait de sa toxicité pulmonaire, il est interdit pour une présentation sous forme d’aérosols.

• L’arnaque des déodorants à la pierre d’alun

Après la polémique liée à l’utilisation des sels d’aluminium, plusieurs alternatives soit-disantes saines, ont fleuri dont les déodorants à la pierre d’alun que l’on retrouve sous la dénomination INCI Potassium alum ou Aluminium alum. Or, ces derniers restent des sels d’aluminium ! En effet, dans certains cas la pierre d’alun est naturelle (à base d’alunite naturelle) et possède des vertus astringentes, anti-bactériennes et hémostatiques. Mais dans d’autres, il s’agit de reconstitution synthétique faite à partir de sulfate d’ammonium ou d’aluminium, nocive pour la santé, sans que cela soit indiqué sur l’emballage mais il est facile de répérer la vraie pierre d’alun de la fausse :

La pierre d’alun naturelle se retrouve sous l’INCI « potassium alum » et est légèrement translucide, on doit voir apparaitre les traces de la cristallisation. Quant à sa consoeur synthétique, elle est identifiée « ammonium alum » ou « aluminium alum » et son apparence est opaque.

D’après Laurence W. de L’Observatoire des Cosmétiques, selon l’avis de nombreux partisans de cet ingrédient, le Potassium alum serait moins nocif que les sels d’aluminium synthétiques, sa structure chimique permettant une meilleure stabilité sur la peau et une moindre pénétration cutanée. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit bel et bien d’un composé d’aluminium, qui peut pénétrer l’organisme, notamment par le biais de micro-lésions (épilation, rasage, eczéma, etc.). Il semble donc que la prudence s’impose à son égard, tout comme le principe de précaution. Quant à la mention « Sans aluminium », elle s’avère de fait discutable pour un produit contenant du Potassium alum. La mention « Sans sels d’aluminium synthétiques » serait plus exacte.

Conseils pour éviter les huiles minérales qui sont cancérigènes, polluantes et sans vertus dans vos cosmétiques

NOS MEILLEURS CONSEILS

De base, on ne devrait pas utiliser d’anti-transpirant car leur fonctionnement est contre nature ! En effet, il bloque la transpiration or la sueur sert à acidifier le film hydrolipique qui protège notre peau pour nous protéger des mauvais microbes et à réguler la température de notre corps pour la maintenir à 37°C.

On vous conseille d’utiliser des déodorants bio, la catégorie « anti-transpirants » (ou antiperspirants) n’existe pas en bio puisque les sels d’aluminium sont interdits dans les chartes. On vous recommande par prinicpe de précaution de vous détourner des déodorant à la pierre d’alun qui comme leurs confrères « anti-transpirants »peuvent pénétrer l’organisme !

On vous souhaite une belle journée et on vous dit à bientôt pour un prochain épisode. Prenez bien soin de vous et de vos proches…

Aller plus loin

Que Choisir

FemininBio

Huffingtonpost

ANSM

Faut-il éviter l’aluminium dans les cosmétiques ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Carole Marchais
Carole Marchais

Chimiste, Cosmétologue, Fondatrice du Blog Génération Cosméthique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :